picto autisme aller vers groupe

l’informatique au service de l’inclusion des TED : définitions

Comment l’informatique et les TIC peuvent elles participer à l’inclusion scolaire, et à l’inclusion tout court, des personnes avec autisme dans la société et à l’école ?

Pour commencer cette série d’article, je propose quelques définitions, que l’on s’entende sur les termes 🙂

Au départ, les articles de la série sont extraits d’un « devoir » pour un cours de médiation sociale. Document que je ne souhaite évidemment pas publier (vous publieriez vos devoirs de fac, vous ??). J’essaye d’en tirer quelque chose à publier sur le blog, et c’est pas gagné.

En espérant que ça vous intéressera ! ^^

 


 

première partie : définitions 

seconde partie : en milieu protégé

troisième partie : témoignages, en inclusion scolaire

quatrième partie : en conclusion


 

Médiation sociale

appel avec de l'aideAu sens large, la médiation sociale est « un processus de création et de réparation du lien social et de règlements des conflits de la vie quotidienne, dans lequel un tiers impartial et indépendant tente à travers l’organisation d’échanges entre les personnes ou les institutions de les aider à améliorer une relation ou de régler un conflit qui les oppose » selon le collège d’experts (43 experts de 12 pays européens) réuni lors du Festival international de la Ville (Créteil, 2000).

 

Aux assises de la médiation numérique au service des territoires et de leurs habitants (Ajaccio, 2011), une définition de la médiation numérique a été proposée : « La médiation numérique consiste à accompagner des publics variés vers l’autonomie, dans les usages quotidiens des technologies, services et médias numériques ».


Technologies de l’Information et de la Communication

Ce concept générique (TIC) regroupe à la fois les « technologies de l’information et de la communication » et « les services de l’information et de la communication » : il désigne autant le matériel informatique (du composant au câble réseau) et les services qui y sont liés (internet, téléphonie, commerce électronique…).

droits personne handicap physiqueEn France, dans le cadre institutionnel, c’est l’appellation TIC qui est utilisée. Le sigle anglais le plus utilisé pour désigner ce concept est IT, pour « Information Technology » (parfois, ICT, pour « Information Communication Technologies »). Néanmoins, les internautes semblent préférer la notion de « technologie de la relation » (TR) (Joël de Rosnay, la révolte du pronétariat, 2005).

 

Selon l’OCDE, « certaines études placent la révolution des technologies de l’information et des communications (TIC) au tout premier plan de leur explication des inégalités », sachant que l’OCDE diagnostique aussi que « le fossé qui sépare les riches des pauvres dans les pays de l’OCDE est au plus haut depuis plus de 30 ans, et les gouvernements doivent agir sans délai pour combattre les inégalités » (2012), l’accès aux TIC, et à sa littératie, pour toute la population, est un besoin majeur et prioritaire.

 


 

Troubles Envahissant du Développement, Troubles du Spectre Autistique

Plus généralement, l’on parle simplement d’Autisme, ou de Troubles du Spectre Autistique (TSA). Il s’agit d’un groupe de troubles neurologiques (neurodéveloppementaux : le câblage neurologique est différent). Il est très probablement d’origine génétique et environnementale : c’est-à-dire qu’il ne s’agit, en aucun cas, d’une maladie mentale, ou reliée à des problèmes psychologiques.

Il se caractérise par des altérations qualitatives des interactions sociales ; de la communication ; d’un répertoire d’activités restreint, stéréotypé, et répétitif ; d’atteintes neurosensorielles et l’altération de certaines fonctions cognitives. Historiquement, l’autisme a été décrit par le Dr Leo Kanner, aux USA ; et simultanément, par le Dr Hans Asperger, en Autriche ; en 1943.

Certaines personnes TED peuvent avoir besoin d’une aide 24 h/24 et d’un environnement protégé, quand d’autres peuvent fonctionner quasi normalement dans la société.

On distingue les autistes à haut niveau de fonctionnement ou Asperger, du fait de l’absence de déficience intellectuelle, d’un niveau de fonctionnement (d’autonomie) acceptable, et par une bonne maîtrise du langage. Leur apparente adaptation à la société ne fait que cacher le handicap, le rendant invisible : il est toujours présent et tout aussi puissant.

puzzle

Certaines de ces personnes TED peuvent avoir une maitrise du langage verbal très élevée (livresque), ou avoir des facilités étonnantes en mathématique, musique, informatique, etc. Mieux encore, du fait des intérêts restreints caractérisant l’autisme, certaines personnes TED peuvent être de véritables experts dans leur domaine d’intérêt, et apporter une contribution, souvent de qualité, à la société et aux savoirs. A titre d’exemple, Michelle Dawson, autiste, passée de postière, pendant 15 ans, à Poste Canada, à chercheuse de haut niveau en neurosciences et en éthique, a obtenue à 50 ans, en 2013, un doctorat honoris causa pour ses travaux (Université de Montréal).

La prévalence du trouble est de 1 sur 150 (chiffre le plus utilisé dans la littérature mondiale, en 2013). Il toucherait 4 fois plus les garçons que de filles. En France, on estime la population TED à 600 000 personnes (1 % de la pop., avis n°102 du CCNE, 2007). Il est difficile d’obtenir des chiffres précis sur la situation française, une partie de cette population n’ayant pas été diagnostiquée correctement, voire pas diagnostiquée formellement du tout ; et les données disponibles appellent à plus de recherches.

L’étendue du spectre autistique rend difficile la tâche de le définir : chaque autiste est exceptionnel et différent 🙂


e-Inclusion et Inclusion

l’inclusion sociale au sens large est la participation du citoyen à la société : cette définition s’est vu adjoindre la notion d’e-inclusion au début des années 2000. Fin 2013, la société a intégré les TIC, et la différence entre e-inclusion et inclusion disparait.

L’e-Inclusion est définie comme suit par le groupe d’expert e-Europe, réunie par la Commission européenne, en 2005, « l’e-inclusion n’est rien d’autre que l’inclusion sociale et économique dans une société de la connaissance », et plus spécifiquement : « l’e-inclusion désigne la participation effective des individus dans toutes les dimensions d’une société de la connaissance (…) qui plus est, l’e‐inclusion désigne la manière dont les technologies de l’information et de la communication contribuent à développer la participation de tous à la société ».

 

inclusion autisme

En novembre 2013, le Conseil National du Numérique définit l’e-Inclusion comme « l’inclusion sociale dans une société et une économie où le numérique joue un rôle essentiel.

L’inclusion numérique ne se résume plus à l’utilisation des outils du numérique, avec lesquels une part importante de la population se débrouille à défaut de parfaitement les maîtriser : elle désigne la capacité à fonctionner comme un citoyen actif et autonome dans la société telle qu’elle est.

Il n’y a pas une « e‐inclusion » d’un côté et une « inclusion » de l’autre : les deux se confondent » dans le cadre du handicap.

Il semble aussi important de définir « l’inclusion », qui porte un autre sens, dans le cadre du handicap.

Il y a d’une part, l’inclusion sociale qui est l’acceptation des différences des individus handicapés, par la communauté, et leurs pleines appartenances à celle-ci.

En d’autres termes « c’est faire en sorte que la société se transforme elle-même pour s’adapter aux besoins des personnes en situation de handicap et leur donner ainsi accès a tous les droits et services offerts à l’ensemble des citoyens » : l’inclusion est un changement de paradigme.

D’autre part, dans ce document, la notion « inclusion scolaire » reprend cette définition, dans le cadre de l’école dite « en milieu ordinaire » ; en opposition avec les structures d’éducation spécialisée, qui séparent de la communauté.

Parfois, le placement dans l’éducation spécialisée d’un jeune TED est tout à fait nécessaire et utile : néanmoins l’inclusion scolaire devrait toujours être l’objectif à atteindre, et si nécessaire avec l’aide d’un assistant (AVS…), de techniques éducatives à l’état de l’art (ABA, PECS, TEACCH …) et d’outils adaptés (tablette, ordinateur, logiciel spécifique…), selon l’esprit de la Loi n°2005-102 sur le Handicap.

5 réflexions au sujet de « l’informatique au service de l’inclusion des TED : définitions »

  1. Bonjour,

    J’écris actuellement un mémoire sur le sujet, j’ai fait quelques recherches pour prouver ce que j’avance.
    Serait-ce possible de s’appeler pour en discuter?
    Cordialement,

    J.

  2. Actuellement étudiante, je suis en train de rédiger mon mémoire de fin d’études.
    Dans ce cadre, je suis en pleine recherche, mais les écrits théoriques se font rares.

    Dans l’attente de vous lire,
    En vous remerciant par avance, bien cordialement,

    J.

Laisser un commentaire